Hoko Nojo – Worldex Drie (3)

Pierre-Henri

Jour 7 (suite)

Belgique, pays de la bière et des frites (entre autres) nous voilà ! Première frontière de notre périple franchie, nous quittons la France pour quelques temps. Est-ce que le stop va marcher, est-ce que nous serons bien accueilli dans ce pays voisin, combien de temps allons nous y rester ? Ces quelques questions nous trottent dans la tête pendant que nous marchons dans les rues d’Armentières. Côté Belge les maisons sont plus fleuries et la vie semble paisible. Arriver à notre spot de stop nous n’attendrons que quelques minutes avant qu’un couple en direction de la côte au Nord de Bruges ne nous prennent. Quelques jours avant Françoise nous avait conseillé cette ville, ce serait la plus belle de Belgique… Soit, nous acceptons et montons dans la voiture des deux français installés depuis deux ans à Armentières en tant que vendeurs de légumes locaux. Jean-Luc étant seul maître de son véhicule n’écoute pas son GPS au grand désespoir de sa femme Sabine. Nous zigzaguons entre les villages pour ne pas prendre l’autoroute. Quand nous arrivons aux abords d’Ostende (bien à l’ouest de Bruges) Jean-Luc, voyant le détour qu’il a fait, se résout finalement à suivre les panneaux jusqu’à Bruges. Nous descendons de voiture aux abords du centre ville et commençons notre visite en direction de la place centrale avec comme premier objectif de trouver un endroit où poser les sacs qui nous pèsent sur les épaules. Cette ville est une vraie fourmilière avec ses petites rues ou se croisent des milliers de touristes, nous arrivons tout de même à nous frayer un chemin vers un point informations ou nous pensons pouvoir poser nos sacs dans un casier. L’hôtesse nous accueille en Flamand, nous switchons sur l’anglais pour nous faire comprendre. Nos sacs sont trop gros pour les casiers, mince ! On nous propose finalement de poser nos sacs derrière les comptoirs et de venir les récupérer avant 17h, ouf ! L’exploration de la ville peut commencer.

bruges

Bruges ce révèle être effectivement une très belle ville ou les maisons aux pierres colorées surplombent les ruelles et les canaux qui s’entrecroisent. Après quelques tours dans la ville nous nous posons sur un banc en face d’un canal ou les péniches chargées de curieux défilent devant nous. Après une bonne sieste dans un parc pour digérer nous sommes assoiffés, nous avons laissé nos poches à eau dans les sacs et n’avons pris qu’une gourde pour deux. Comme à mon habitude lorsque j’ai soif je m’imagine nager et boire en même temps dans un lac d’eau translucide, c’est la première fois lors de ce tour du monde mais je ne pense pas que ce sera la dernière. Corentin pars en quête d’eau et reviens bredouille. Nous trouvons finalement une source d’eau dans le parc juste à coté de là ou nous étions allongés…

Une fois les sacs récupérés c’est l’heure de la recherche du logement, ces derniers jours nous avons dormis à chaque fois chez l’habitant, il ne faut pas prendre de mauvaises habitudes nous nous décidons à camper. En demandant à une dame si nous pouvons camper dans sur un terrain de foot en dehors de la ville je sens des gouttes me tomber sur les mollets, horreur le tuyau de la poche à eau c’est défait, mon sac est inondé ! Même sans approbation de la part des voisins nous nous décidons à camper sur le terrain derrière le gymnase. Quelques minutes après que la tente soit montée un orage s’abat sur nous, éclairs, bourrasques, la totale !

IMG_1026

Jour 8

Le lendemain petite marche pour nous réveiller et nous porter jusqu’à l’entrée d’autoroute. Pas de chances il n’y a pas d’espace pour que les voitures s’arrêtent, nous continuons jusqu’à la prochaine. Arrivés sur place nous tendons le pouce et la première voiture qui passe s’arrête. Nous avions l’idée d’aller sur Bruxelles ce jour là, nous irons finalement à Anvers avec Simon. Il nous dépose à côté du centre ou se déroule ce jour là une course de mobylettes et de vélos combinés, course amusante mais peu entraînante, nous n’attendrons pas le résultat.

IMG_1030

En pleine exploration, rebelote, des gouttes me tombent sur les mollets ! Le tuyau de la poche à eau c’est une nouvelle fois détaché. Cette fois je met la poche dans un sac à l’extérieur de mon sac à dos, en cas de nouvelles fuites au moins mes affaires seront au sec. Une fois cela fait nous montons les 9 étages du musée pour avoir une vue dégagée sur la ville afin de trouver un espace pour poser la tente. Pas de parc, ni d’arbres aux alentours, par contre quelques péniches jonchent le quai du port. Dormir sur une péniche, pourquoi pas ? En chemin pour aller à la rencontre des capitaines nous sommes interpellés :

« Are you backpackers ?» (« Vous êtes des baroudeurs »)

« Yes we are ! » (« Oui! »)

Raphaël un voyageur venu des Emirats Arabes Unis partage avec nous ses astuces et nous offre un café gratuit de l’enseigne Albert Heijn en nous disant que dans tout le Pays du Nord le café est offert dans ces magasins, nous nous en souviendrons.

IMG_1038

Cela fait quelques jours que Raphaël est sur Anvers et il connait un lac à quelques kilomètres de là ou nous pourrions poser la tente. Nous nous y rendons et plaçons notre tente dans la lignée de celles déjà présentes dans une forêt peu dense au bord d’un chemin. Certaines ont l’air d’être la depuis un certains temps, nous ne risquons pas de nous faire déloger.

IMG_1040

Pendant que nous prenons notre repas composé d’une salade, de quelques noix et de raisins secs, deux voisins viennent à notre rencontre. Nordine et Abdel, Marocain et Algérien respectivement, deux amis venant régulièrement chercher la tranquillité des lieux et de leur tente pour discuter et fumer librement. Abdel, sans papier depuis 8 ans change régulièrement de ville en Europe, ses crédots sont « si je les laissent tranquilles ils me laissent tranquilles » et « si tu connais Allah tu connais le reste ». Il m’expliquera avec un sourire marqué leurs significations dans un anglais plus qu’approximatif.

IMG_1039

La nuit se passe calmement malgré la soirée « hippie » (terme employé par Nordine) se passant à côté.

Jour 9

Au petit matin (vers 11h30) nous plions bagages en direction de l’autoroute pour Liège ou Adrien un ami de mon école d’ingénieur se propose de nous accueillir. En chemin nous croisons un décathlon ou nous achetons un sac à dos de 20L afin de pouvoir garder en permanence sur nous nos appareils électronique et autres choses d’importance. Par le biais de l’hôtesse d’accueil nous essayons d’utiliser le micro du magasin pour trouver un chauffeur, malheureusement ce n’est pas autorisé, nous aurons tout de même essayé.

En bonne position pour le stop, les pouces tendus le jeu peut recommencer. Nous attendrons quelques minutes avant qu’un chauffeur ne s’arrête presque à notre niveau puis redémarre en faisant crisser les pneus de sa voiture lorsque nous nous approchons, sympas ! Nous voyons toute sorte de gestes à notre encontre mais celui là à le chique pour nous énerver. Après un peu d’attente un couple s’arrête et nous amène un peu plus loin sur la route de Liège puis Karim nous récupérera et nous enverra des « mais vous êtes fous », « et vos parents ? », « qu’est-ce que vous avez pris ? ». Notre dernier chauffeur, un jeune prof de sport nous amènera jusqu’à Liège. Deux minutes après un déluge nous tombe dessus, une entrée de Carrefour Market nous servira de refuge ainsi qu’à deux personnes sans domicile très intéressés par notre histoire.

Après une petite marche nous retrouvons Adrien torse nu qui nous fait des gestes par la fenêtre de son appartement, tiens il me rappel quelqu’un celui-là ! Deux ans que nous ne nous sommes pas vu mais c’est comme si nous nous étions quittés hier ! Retrouvailles en bonne est due forme, dégustations des bières locales et repas composé de frites fritent dans de la graisse de bœuf et de boulets sauce lapin, un délice ! Nous continuons la soirée par des discussions sur le rap et la bourse. Le lendemain journée tranquille, pendant qu’Adrien s’acharne au travail nous faisons lessive, articles, montages tranquillement dans le canapé. En milieu d’aprèm nous nous décidons tout de même à visiter la ville aux endroits conseillés par le maître de maison : cathédrale, brasserie Curtius (vendredi bière validé!), montagne de Bueren et gaufrerie Polux.

IMG_1042

Jour 10

Nous repartons le lendemain plein d’énergie en direction des Pays Bas, nous serons pris par un papa et ses deux filles qui nous proposent de nous amener, en faisant un détour, à la première station essence après la frontière. La deuxième frontière va pouvoir être franchie !

2 commentaires sur “Hoko Nojo – Worldex Drie (3)

  1. Super 😉😉.
    Merci Pierre Henri pour ce blog qui nous permet de suivre votre périple !
    Un bon début. Continuez bien et bon vent 😊

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s